Nos bebes a 4 pattes

Ma passion m'a conduit à créer ce forum,des conseils,petitions,photos...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 l'alimentation du cheval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nanoux36



Féminin
Nombre de messages : 28
Age : 38
Localisation : Aquitaine
Emploi : Lidl
Loisirs : équitation,natation...
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: l'alimentation du cheval   Jeu 26 Oct - 11:46

L'alimentation est une des causes les plus fréquentes des troubles de santé du cheval. C'est un domaine très vaste qui est bien évidemment primordiale pour le cheval. Mais un peu de théorie est indispensable avant de se consacrer à l'aspect pratique du sujet.

Quelque soit vos connaissances en théorie, c'est l'œil du soigneur qui est le seul juge pour apprécier l'état du cheval. Toutes les indications ne restent effectivement que des estimations souvent tirées d'expérimentations et doivent être ajustées au cas par cas, chaque métabolisme étant différent.

Pour les chevaux, on ne calcule pas l'apport énergétiique en calories mais en Unité Fourragére, ou UF. Cette méthode est basé sur la méthode danoise de Fjord qui se base comme référence sur le kilo de farine d'orge, soit 2700 calories.
Besoins Journaliers
* Cheval de 300 kg. : 3,0 UF environ.
* Cheval de 350 kg. : 3,3 UF environ.
* Cheval de 400 kg. : 3,7 UF environ.
* Cheval de 450 kg. : 4,0 UF environ.
* Cheval de 500 kg. : 4,4 UF environ.
* Cheval de 550 kg. : 4,7 UF environ.
* Cheval de 600 kg. : 5,0 UF environ.

On peut également cette formule mais elle a tendance a légèrement surestimer les besoins des chevaux légers :

* (0,5 x P) + 2 avec P le poids du cheval en quintaux (légère surestimation pour les chevaux légers).

Il faut également considérer la consommation de matiéres sèches en kilos : 1 à 1,2 par 100 kg de poids vif.
Besoins supplémentaires quotidiens

L'entraînement doit d'abord être défini, voici donc des exemples :

o Entraînement très léger : petite promenade au pas.
o Entraînement léger : initiation sans effectuer de sauts, ni de longs galops.
o Entraînement moyen : reprise, randonnée.
o Entraînement intense : jeux, petites courses.
o Entraînement très intense : compétition, obstacles.

Poids (en kg)

Très léger

Léger

Moyen

Intense

Très intense
300



Le rapport protido-fourrager, pour un cheval à l'entraînement doit être au minimum de 75 g. / UF. On augmente légèrement ce rapport en fonction de l'intensité de l'entraînement, sans dépasser 20 % d'augmentation.

La consommation de matiéres sèches est de 1,5 à 1,8 kg par 100 kg de poids vif pour un entraînement léger et de 1,8 à 2,1 kg par 100 kg de poids vif pour un entraînement moyen.
Besoins quotidiens en Croissance

* 6 à 12 mois : 4,8 à 5,6 UF.
* 18 à 24 mois : 5,7 à 5,8 UF.
* 3 ans : 5,5 à 5,9 UF.

Besoins supplémentaires en gestation

* 6ème et 7ème mois : 0,5 UF.
* 8ème et 9ème mois : 1 UF.
* 10ème et 11ème mois : 2 UF.

La ration sera articuliérement enrichie en protides et en minéraux. L'utilisation de mashes et de barbotage sera mis en oeuvre à l'approche du poulinage.

La consommation de matiéres sèches est de 1,3 à 1,1 kg par 100 kg de poids vif dans le dernier quart de la gestation.
Besoins supplémentaires en lactation

La mise au pré se fait avec un maximum de 3 heures par jour pendant la 1ère semaine afin de ne pas donner un lait trop riche en protides ce qui déclenche des diarrhées chez le poulain.

On compte un supplément de 1 UF pour 4 litres de lait ce qui peut atteindre 10 à 12 litres pour les juments de selle.

La consommation de matiéres sèches est de 2,0 à 2,8 kg par 100 kg de poids vif lors du maximum de la gestation.
Besoins du sevrage

La ration de la jument doit diminuer progressivement avec la baisse de la lactation, jusqu'à être redevenu normal au moment du sevrage.

Afin de tarir la production de lait, les rations de la jument sont nettement diminués les jours précédents le sevrage. Le jour-même, la jument ne reçoit qu'un barbotage et de la paille. Des rations légères sont ensuite données pendant quelques jours, en surveillant la consommation d'eau.
Besoins supplémentaires des étalons

Pendant la période de monte :

* 1 saillie tous les 2 jours: 0,5 à 1,5 UF.
* 1 saillie par jour : 1,5 à 2,5 UF.
* 2 saillies par jour : 2,5 à 3,5 UF.

Besoins d'un poney

Les indications sont données pour un poney adulte de 20 kg.

Leurs besoins énergétiques sont de :

o Entretien : 2,2 UF/jour.
o Entraînement très léger : 0,08/heure.
o Entraînement léger : 0,15/heure.
o Entraînement moyen : 0,25/heure.
o Entraînement intense : 0,40/heure.
o Entraînement très intense : 0,59/heure.

Les besoins protidiques sont de 174 grammes par jour à l'entretien. A l'entraînement, ils doivent être au minimum de 80 grammes par UF et peuvent monter jusqu'à 100 grammes avec l'intensité de l'entraînement.

La consommation de matières séches est la suivante :

o Entretien : 2,2 kg.
o Entraînement léger : 4 kg .
o Entraînement moyen : 5 kg .
o Poulinière dans le dernier quart de gestation : 3 kg.
o Poulinière au maximum de la gestation : 7,2 kg.

M.A.D.C.

Ce terme désigne la Marière Azotée Digestible Cheval. Cette mesure est plus précise car elle tient compte des capacités de digestion du cheval.

* Besoins d'entretien pour un cheval de 500 kg. : 300 g de MADC.
* Par 100 kg supplémentaires : 30 g de MADC.

* Entraînement en dressage ou trotting : 100 g de MADC supplémentaires.
* Entraînement spécifique comme l'obstacles : 250 g de MADC supplémentaires.
* Préparation intense ou participation à de nombreux concours : 430 g de MADC supplémentaires.

Pour les chevaux, on ne calcule pas l'apport énergétique en calories mais en Unité Fourragère, ou UF. Cette méthode est basé sur la méthode danoise de Fjord qui se base comme référence sur le kilo de farine d'orge, soit 2700 calories.
Avoine

Les grains de bonne qualité sont lourds car ils ne doivent pas avoir une proportion importante de "balle" (ou écorce) qui est mal digérée. Ils ne doivent également être glissants (sans humidité) et sains.
Avoine entiére
Avoine entière
Avoine concassée
Avoine concassée
Orge

C'est un aliment bien adapté mais dur. Ils sont donc aplatis ou tremper dans l'eau au moins 2 heures.
Orge entiére
Orge entière
Orge concassée
Orge concassée
Maïs

Très énergétique, il faut également le concasser ou l'éclater. Les grains ne doivent pas contenir de moisissures ou de parasités (comme l'ergot). Ils ne doivent pas non plus être mélangé à des corps étrangers. Le maïs doit être consommé au moins 4 mois après sa récolte.
Maïs entier
Maïs
Maïs concassé
Maïs concassé
Son

C'est un sous-produit du blé, peu énergétique et relativement laxative. On peut éventuellement en donner une ration de remplacement de 2 kilos. Il doit être distribué "frisé", c'est-à-dire mouillé.
Son de blé
Son de blé
Meilleure digestibilité

Préparation : aplati, concassé, macéré,... pour éviter d'en retrouver 40 % dans les crottins.
Fourrages

Le foin de prairie est composé de graminées et de légumineuses. La luzerne est une légumineuse riche en azote. Ils ne doivent pas être moisis, jaunis, poussiéreux ou cassants. Les traces de terre sont un signe d'inondation. Le foin ne doit pas être "rouillé", signe de présence d'un parasite.

Ils ne doivent être consommés que 3 mois après avoir été fanés.

Si le cheval n'a pas d'herbe en bonne quantité, on donne aux chevaux de 0,5 à 1,5 kg par 100 kg de poids vif, en sachant que le foin naturel est moins riche que le foin artificiel.

On rencontre différents foins artificiels avec des qualités propres :

o Foin de luzerne : Il doit être bien sec et comporté ses feuilles et ses boutons floraux.
o Foin de sainfoin : Il ne se conserve qu'un an mais c'est un excellent foin.
o Foin mélangé de légumineuse et de céréale : il est bien équilibré et de meilleure qualité quand la céréale est tardive et la légumineuse tardive.

Luzerne
Luzerne déshydratée
Pailles

La paille de blé et la paille d'orge ont des valeurs nutritives similaires mais la paille d'orge doit être débarrassée de ces "barbes" qui peuvent obstruer un canal salivaire.

La paille d'avoine est plus nourrissante mais possède de piètres qualités comme litière.

La paille de seigle a peu de qualités nutritives mais compose une excellente litière.
Tableau des Equivalences

Nombre d'UF pour 1 kg.

Poids pour 1 UF.
Orge

1

1
Avoine

0,85

1,25
Maïs

1,10

0,930
Lin

1,30

Son de Blé

0,70

Carottes

0,12

Paille de Blé

0,17

10
Paille d'Avoine

0,25

5,6
Foin

de 0,45 à 0,50

3,3
Trèfle

de 0,40 à 0,50

Luzerne

de 0,30 à 0,53

2,2
Fourrages Verts

de 0,12 à 0,18

6,6
Tourteau de Soja

1


Litres de grains pour 1 litre
Avoine

2,40
Orge

2,30
Blé

1,80
Maïs

1,50
On distingue les graines farineuses de la famille des légumineuses (comme les fèves, les féveroles, les pois, les vesces, les gesces, les lentilles, le soja,etc...) ou de la famille des polygonées (comme le sarrasin, etc...) puis les graines oléagineuses (comme le lin, le colza,...).

Les graines légumineuses sont aussi riches en lipides que l'avoine, sauf pour le soja. D'autre part, elles ont une teneur plus importante que les céréales en phosphore, en calcium et en protides (jusqu'à 25 % supérieur). On les utilise donc régulièrement pour les juments pleines ou suitées ainsi que pour les jeunes chevaux en pleine croissance.

Les graines de lin sont reconnues pour leur qualité laxative et sont très riches en lipides et en protides. Elles sont plus efficaces lorsqu'elles sont données cuites.

Il est à noter que les graines ne doivent en aucun cas avoir des traces de moisi. D'autre part, les gesces, le lupin et les haricots sont toxiques.
* Complet car composé de céréale, de fourrages, de minéraux et de vitamines.
* Prix constant.
* Choix entre différents gammes.
* Meilleure assimilation grâce au broyage des éléments.
* Manipulation et distribution faciles.
* Pas de poussière.
* Quantité nécessaire indiquée en fonction du poids et de l'entraînement.

Inconvénients

* Nécessite de lest comme la paille.
* La composition est souvent trop floue car elle dépend notamment des cours de chaque élément.
* Nécessite beaucoup d'eau car très déshydraté.
* A poids égal, ils sont inférieurs en qualité énergétique que les céréales car ils comportent des fourrages.
* Rations généralement indiquées en kilos ou en litres mais pas en UF.
* Supporte mal l'humidité..
* Accoutumance assez longue.
* Consommation trop rapide par certains chevaux.

Il est à noter que la plupart de ces inconvénients ne se retrouve pas dans les aliments floconnés.
Ne convient pas

* Aliments pour bovins, lapins,...

Composition

* Cellulose : 13 à 15 % (plus l'entraînement est intense, moins le taux de cellulose doit être élevé) .
* Matières azotées : 12 à 13 %.
* Matières grasses : 3 à 5 %.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
l'alimentation du cheval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le cuivre dans l'alimentation du cheval
» alimentation, nutrition et système digestif du cheval
» les algues dans l'alimentation du cheval
» En cas de colique
» Je hais les souris...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos bebes a 4 pattes :: Animaux de la ferme-
Sauter vers: